Archives du mot-clé santé

BarcodEye, la gestion des codes barres en un coup d’oeil – Salon Wearable Londres 2014 (5/5)

Image Metropolice

Image Metropolice

BarcodEye est un système  innovant, permettant une interaction entre  des codes barres, une base de données  et un  dispositif de réalité augmentée, mis au point par la société japonaise Metropolice. Ce système  devrait faciliter la vie à toutes les administrations et entreprises qui constituent ou gèrent des archives ou stocks et qui ont besoin d’avoir une interaction avec une base de données.

Le dispositif de réalité augmentée se présente sous la forme d’une monture de lunettes. A l’extrémité de l’une de ses branches, légèrement en avant par rapport aux yeux,  se trouvent un lecteur optique ainsi qu’un écran miniature. Le lecteur optique, capable de lire différents types de codes barres (Code 39, Code 93, Code 128,  QRCode, …), possède un champ de vision correspondant à celui des yeux du porteur. Le code barre ainsi lu permet d’interroger une base de données qui, en retour, fournit les informations, qui auront été préalablement associées à ce code barre, sur l’écran miniature .

Le BarcodeEye pourrait être utilisée dans les secteurs où il y a une forte demande de gestion de documents (archivage, ordonnancement,…), la santé pour identifier des combinaisons multiples tout en limitant le risque d’erreur (personnel soignant-malade-prescription-médicament) ainsi que sur les plateformes logistiques (remplacer le lecteur manuel par un dispositif main libre).

Image Metropolice

Image Metropolice

 On peut ainsi imaginer passer devant des boites d’archives et avoir, pour chaque code barre, la visualisation, sur l’écran miniature, de la référence du document et du contenu de celui-ci. Le gain de temps pour trouver un document du premier coup d’œil devient, alors, significatif.

Image Metropolice

Image Metropolice

Dans le domaine médical, l’appareil de réalité augmentée permettrait de lire des codes barres imprimés sur un tableau ou sur le bracelet médical d’un patient, assurant au personnel  soignant, sur un simple coup d’œil,  un accès immédiat à l’ensemble des enregistrements concernant le patient (historique des constantes, historique des prescriptions, médicaments à donner, antécédents médicaux, allergies). Cela permettrait une simplification des tâches administratives et surtout une amélioration du processus de sécurisation afin de limiter les erreurs de prescription.

Dans le domaine de la logistique, le dispositif peut être utilisé pour gérer les commandes et réaliser des contrôles sur les stocks. Le dispositif de réalité augmentée affiche rapidement les données liées aux codes-barres imprimés sur les rayonnages et sur les colis. D’où un gain de temps et une sécurisation du processus logistique. Sans dire qu’un tel dispositif va révolutionner la vie des centaines de petites mains qui se déplacent entre les rayonnages des entrepôts des acteurs de la distribution ou de la vente par Internet, il pourrait contribuer à apporter un peu de confort de travail et d’ergonomie tout en améliorant la productivité.

Ce dispositif ne correspond pas à proprement parlé à des lunettes connectées mais plutôt à un lecteur optique main libre, qui suit le champ de vision, avec retour instantané d’information.  A l’heure actuelle, il n’existe que sous forme de prototype, mais nul doute qu’il se concrétisera, dans un futur proche, vu ses avantages  pour les professionnels devant manipuler documents, stocks et archives.

Smart contact lens ou la lentille pour diabétique

En janvier dernier, Google a dévoilé une lentille de contact intelligente dotée d’un capteur pour mesurer la concentration de glucose dans le sang en utilisant un capteur capable d’analyser la composition des larmes des patients diabétiques. Ce projet est développé dans le Google X Lab.

Photo Google

Photo Google

Pour mémoire, aujourd’hui il n’existe qu’une seule véritable mesure fiable pour vérifier sa glycémie. Elle se fait principalement en se piquant le doigt pour prélever une goutte de sang plusieurs fois par jour et l’analyse est soit manuelle avec une bandelette soit avec un lecteur électronique. C’est souvent cette contrainte qui entraîne une surveillance moins assidue que ce qu’elle devrait être et se traduit par un accroissement des incidents liés à des hypoglycémies ou des hyperglycémies. Rappelons, que les patients diabétiques peuvent s’évanouir et même tomber dans le coma.

En conséquence, la mesure de la glycémie est un geste fondamental qu’un diabétique doit connaître parfaitement, qu’il soit ou non traité par l’insuline.

La lentille de Google veut lui rendre la vie plus facile en mesurant la glycémie une fois par seconde sans aucune intervention. Pour l’instant, il ne s’agit que d’un prototype mais l’entreprise déclare être en contact avec l’administration américaine des médicaments (FDA) pour obtenir une éventuelle certification. Google expérimenterait cette lentille couplée avec des LED de différentes couleurs pour alerter le patient. Le projet est actuellement en développement en partenariat avec la fédération internationale du diabète et le monde médical.

Photo Google

Photo Google

La révolution provient de la partie technologique qui grâce à un minuscule capteur et une antenne toute aussi réduite, permet à cette lentille de contact de réussir la prouesse de mesurer la glycémie et de transmettre cette  donnée, chaque seconde, à un appareil relié sans fil. La question que l’on peut tous se poser, mais avec quelle énergie ?

Google a intégré les composants miniatures, non pas sur un circuit imprimé mais entre deux couches souples «biocompatibles». Le système utiliserait des ondes radio à la fois pour transférer les données et créer du courant par induction via une bobine. Cela signifie que le patient devrait utiliser une antenne, sans doute fixée sur le côté de la tête, pour alimenter la lentille des 3 microwatts nécessaires à son fonctionnement.

Notre avis : le principe d’amélioration de la vie des diabétiques est une révolution. Néanmoins, il y a encore des questions qui restent sans réponse sur les problèmes potentiels de biocompatibilité et d’anatomie.

A long terme, une utilisation permanente des lentilles de Google pose la question de la biocompatibilité : certaines parties de la lentille vont bloquer le flux d’oxygène ce qui risque de provoquer un manque d’oxygénation de la cornée. Il faudra résoudre cet aspect avec une membrane permettant un transfert d’oxygène suffisant. Sans oublier les personnes qui portent déjà des lentilles de contact ni celles qui présentent une intolérance aux lentilles.

Les médecins spécialistes considèrent qu’il existe un délai de dix à vingt minutes entre le taux de glucose sanguin et celui d’une larme. En conséquence, une brusque montée de la glycémie ne pourrait être détectée à temps pour éviter des complications. Pour une mesure immédiate, la seule solution reste la piqûre au bout du doigt. En revanche, cette dernière ne peut être que ponctuelle car le patient ne peut se piquer à longueur de journée. Au final, la lentille resterait une bonne méthode d’alerte en continu, surtout si elle est combinée avec une base statistique  ou tout autre  indicateur prédictif qui compenserait le délai entre le taux de glucose dans une larme et celui dans le sang.

Il reste donc des questions clés pour valider cette révolution. Babak Parviz, à l’origine de ce projet, s’est toutefois montré prudent en se gardant de tout triomphalisme. Il considère donc que le travail à faire reste immense pour transformer cette technologie en un système que les gens pourront utiliser.

En conclusion, nous tenons le pari qu’il s’agit de la première pierre à toute une panoplie de capteurs et de modules destinés à la prévention et à améliorer la vie quotidienne des malades.

Sur ce blog, à lire sur le même sujet : Mesurer et suivre son taux de glucose par Medisana

Le Tensiometre de Withings

Withings_tensiometreLa tension artérielle se mesure suivant une méthode inventée au début du 20ème siècle. Elle consiste à observer le comportement d’une artère contractée à l’aide d’un manomètre.  Autrefois entièrement manuels, les outils ont quant à eux évolué : le stéthoscope utilisé pour l’observation est remplacé par des capteurs et le manomètre augmente puis relâche la pression automatiquement. Ces outils sont commercialisés depuis plusieurs années. Le plus du tensiomètre automatique de  Withings est la possibilité d’archiver et suivre l’évolution, sur une période donnée, de sa tension, en le connectant à son smartphone.

 
Voir une vidéo de démonstration