Archives du mot-clé Objet connecté

Mother de Sen.se, une mère pour veiller sur votre maison

Photo Sen.se

Photo Sen.se

Mother, de la société Sen.se, est le nouvel objet connecté imaginé par  Rafi Haladjian, le créateur du Nabaztag, le célèbre lapin connecté, ancêtre – c’était il y a presque dix ans – des objets connectés.

Mother ressemble à une matriochka sous forme de culbuto de 9cm de large x 16 cm de haut, accompagnée de modules colorés, appelés cookies, qui vont vous aider à gérer ce qui pour vous a de l’importance dans votre maison.

Chaque cookie, qui se fixe sur un objet ou se glisse dans une poche, est alimenté par une pile, et muni d’un accéléromètre et d’un capteur de température. Les cookies sont identiques, c’est l’usage qu’on leur assigne, et par conséquent les objets sur lesquels on doit les fixer, qui va permettre d’interpréter les informations collectées et envoyées par ceux-ci et les restituer de manière cohérente à l’usage.

L’interprétation et la restitution sont effectuées par une application mobile, baptisée Senseboard, qui fonctionne sur smartphone et tablettes Apple (>=iOS 6.1) et Android (>=4.0) préalablement connectés à la Mother. Au lancement, l’application propose une douzaine d’usages, parmi lesquels :

  • La médication : un cookie placé sur une boite de médicaments permet de savoir si elle a été déplacée et d’en déduire ainsi que le médicament a bien été pris.
  • La détection d’intrusion : un cookie placé sur la porte d’entrée ou une fenêtre vous indique si celle-ci a été ouverte.
  • L’hydratation : un cookie placé sur une bouteille d’eau minérale indique si cette dernière a été déplacée et d’en déduire ainsi qu’une personne l’ayant déplacée s’est hydratée.
  • Le brossage des dents : un cookie fixé sur la brosse à dents de chaque membre de la famille permet de connaître la durée de chaque brossage.

 Certains usages étant temporaires (exemple : durée d’un traitement médical, période de forte chaleur nécessitant une hydratation plus importante), il est possible de modifier très simplement l’usage associé à un cookie. Il suffit de sélectionner via Senseboard son nouvel usage et de  le fixer sur l’objet adéquat.

Photo Sen.seLa Mother, qui est alimentée par courant secteur, se connecte sur un routeur ou une box FAI via une connexion Ethernet et communique avec jusqu’à 24 cookies à l’aide d’une norme radio propre à Sen.se. Il est possible de consulter, localement ou à distance, les différentes informations collectées par Mother mais également de recevoir, pour les évènements (intrusion, arrivée des enfants à la maison), des notifications smartphone, par mail, par SMS ou appel téléphonique.

La promesse de Mother est grande car, en effet, elle permet de connecter n’importe lequel de vos objets en lui fixant simplement un cookie sous réserve que l’usage souhaité ait été prévu par Sen.se. Néanmoins, certains usages nécessitent du paramétrage et une certaine discipline / honnêteté d’utilisation.

Hue, l’éclairage domestique réinventé par Philips

Image Philips

Image Philips

Le géant néerlandais de l’éclairage public et domestique, Philips, innove dans le domaine de la maison intelligente en proposant            des ampoules connectées.

Baptisée Hue, l’ampoule se présente sous une forme classique à technologie LED, aux qualités écoénergétiques (80% d’énergie en moins qu’une ampoule classique), de robustesse (durée de vie de 15000 heures) et de luminosité reconnues, capable d’émettre une lumière de 600 lumens (équivalent à 50W),  blanche ou de couleur parmi une palette de 16 millions, et se fixe sur une douille standard à vis (type E27). Elle présente, ainsi, l’avantage de pouvoir s’installer à la place de n’importe quelle ampoule (applique, plafonnier, lampe de chevet, …) sans avoir à  modifier l’installation électrique ni à rajouter un équipement supplémentaire. En effet, les solutions concurrentes nécessitent soit le remplacement de l’interrupteur mural (excluant ainsi le contrôle des lampes reliées à une prise) soit d’intercaler un module de commande entre la prise murale et la lampe (excluant ainsi le contrôle des plafonniers et appliques).

Les ampoules sont pilotées, à l’aide d’une application mobile disponible pour smartphone et tablettes Apple et Android, par l’intermédiaire d’un boîtier, ou pont, relié à l’aide d’un câble Ethernet à une box internet ou à un point accès Wifi. Ce boîtier, discret, assure l’interface entre le protocole sans fil ZigBee utilisé par l’ampoule et le réseau internet domestique ou distant. Ce pont permet de piloter jusqu’à 50 ampoules. L’installation ne requiert aucune configuration, il suffit de visser les ampoules, les mettre sous tension, brancher le pont et télécharger l’application.

Au delà de sa fonction élémentaire d’interrupteur, l’application mobile, grâce au contrôle de la couleur, permet véritablement de créer et personnaliser l’éclairage de votre habitation :

  • Création et mémorisation d’ambiances lumineuses pour chaque pièce ou heure de la journée.
  • Grâce à son inspiration du système Ambilight présent sur les téléviseurs Philips  depuis de nombreuses années, vous pouvez utiliser des thèmes prédéfinis ou n’importe quelle photo de votre téléphone comme palette de couleurs.
  • Réglage précis de la lumière blanche (de la plus chaleureuse à la plus froide).
  • Commande à distance de l’éclairage.
  • Eclairage progressif le matin pour aider à se réveiller ou dégressif le soir pour aider à s’endormir.

A noter que le kit de démarrage Hue contient 3 ampoules et un pont et existe également sous la forme de bande à LED flexible de 2m de long.

Hue est la solution d’éclairage, pour la maison intelligente, la plus aboutie du marché grâce à ses fonctions de personnalisation mais surtout à sa simplicité d’installation, il suffit de  remplacer une ampoule existante par une ampoule Hue. Mais cela a un prix, en effet, une ampoule Hue coûte environ 5 fois plus cher qu’une ampoule à LED classique.

Le June vous réconcilie avec le soleil

Photo Netatmo

Photo Netatmo

Dévoilé en janvier dernier, à l’occasion du CES de Las Vegas, au cours duquel il a remporté deux prix  dans les catégories  “Wearable Technologies”  (ou technologies à porter sur soi)  et  “Tech for a Better World”  (technologies pour un monde meilleur), le bracelet June de Netatmo est commercialisé depuis quelques semaines, à  point nommé pour la période estivale.

La société française Netatmo qui s’est spécialisée dans les objets connectés dédiés aux conditions atmosphériques, météo, qualité de l’air, pluviométrie, enrichit donc sa gamme avec June, son premier objet à porter sur soi, mesurant l’exposition aux UV.

Le soleil émet une lumière invisible dite ultraviolet (UV). Une grande partie des UV est absorbée par la couche d’ozone. Saviez vous que l’exposition au soleil est essentielle pour le corps humain car elle  synthétise, via les UV,  la vitamine D qui sert, entre autres, à fixer le calcium sur les os . Cependant, elle peut aussi s’avérer dangereuse, car  bien sûr, il y a le fameux coup de soleil,  le vieillissement prématuré de la peau mais plus grave un risque de cancer de la peau.

L’exposition au soleil doit donc être maîtrisée, insuffisante elle engendre une carence, alors que trop longue elle peut être dangereuse. Netatmo, avec June, essaie de répondre à cette préoccupation.

Le June, dont le design a été réalisé par une célèbre designer de bijoux,  a la forme d’un diamant de 3cm x 1 cm environ, sculpté en facettes et se décline en trois couleurs. Il se porte sur soi, en broche ou sur un bracelet. Il mesure,  en temps réel, l’indice d’exposition aux UV et le communique, via Bluetooth, à une application mobile disponible uniquement sur les appareils Apple. Il se recharge via un connecteur micro USB. A noter qu’il n’est pas étanche.

L’indice d’exposition est une échelle standardisée de 1 à 11, découpée en 5 niveaux : faible, moyen, élevé, très élevé, extrême. On indique d’abord la couleur et le type de peau puis en fonction de la valeur de l’indice mesuré,  June fournit un conseil de protection adapté : porter des lunettes de soleil, appliquer un écran solaire avec l’indice recommandé, se couvrir d’un vêtement ou encore se mettre à l’ombre.

June fournit également un bilan  quotidien de l’exposition au soleil : durée d’exposition ou non exposition avec, le cas échéant l’indice et le pourcentage par rapport au besoin journalier. Une notification est affichée par l’application quand l’exposition est trop élevée et quand la dose quotidienne d’exposition est atteinte.

Notre avis :  June est un objet utile qui permet de répondre à une question de prévention sanitaire jusque-là restée sans réponse. En effet, qui ne s’est jamais retrouvé avec de douloureux coups de soleil,  en fin de journée à la plage ou au ski ? Nous apprécions également son aspect extérieur, car il s’agit d’un bijou de technologie, dans tous les sens du terme, qui saura séduire, surtout lorsque l’on est en villégiature.