Archives du mot-clé FrenchTech

Le June vous réconcilie avec le soleil

Photo Netatmo

Photo Netatmo

Dévoilé en janvier dernier, à l’occasion du CES de Las Vegas, au cours duquel il a remporté deux prix  dans les catégories  “Wearable Technologies”  (ou technologies à porter sur soi)  et  “Tech for a Better World”  (technologies pour un monde meilleur), le bracelet June de Netatmo est commercialisé depuis quelques semaines, à  point nommé pour la période estivale.

La société française Netatmo qui s’est spécialisée dans les objets connectés dédiés aux conditions atmosphériques, météo, qualité de l’air, pluviométrie, enrichit donc sa gamme avec June, son premier objet à porter sur soi, mesurant l’exposition aux UV.

Le soleil émet une lumière invisible dite ultraviolet (UV). Une grande partie des UV est absorbée par la couche d’ozone. Saviez vous que l’exposition au soleil est essentielle pour le corps humain car elle  synthétise, via les UV,  la vitamine D qui sert, entre autres, à fixer le calcium sur les os . Cependant, elle peut aussi s’avérer dangereuse, car  bien sûr, il y a le fameux coup de soleil,  le vieillissement prématuré de la peau mais plus grave un risque de cancer de la peau.

L’exposition au soleil doit donc être maîtrisée, insuffisante elle engendre une carence, alors que trop longue elle peut être dangereuse. Netatmo, avec June, essaie de répondre à cette préoccupation.

Le June, dont le design a été réalisé par une célèbre designer de bijoux,  a la forme d’un diamant de 3cm x 1 cm environ, sculpté en facettes et se décline en trois couleurs. Il se porte sur soi, en broche ou sur un bracelet. Il mesure,  en temps réel, l’indice d’exposition aux UV et le communique, via Bluetooth, à une application mobile disponible uniquement sur les appareils Apple. Il se recharge via un connecteur micro USB. A noter qu’il n’est pas étanche.

L’indice d’exposition est une échelle standardisée de 1 à 11, découpée en 5 niveaux : faible, moyen, élevé, très élevé, extrême. On indique d’abord la couleur et le type de peau puis en fonction de la valeur de l’indice mesuré,  June fournit un conseil de protection adapté : porter des lunettes de soleil, appliquer un écran solaire avec l’indice recommandé, se couvrir d’un vêtement ou encore se mettre à l’ombre.

June fournit également un bilan  quotidien de l’exposition au soleil : durée d’exposition ou non exposition avec, le cas échéant l’indice et le pourcentage par rapport au besoin journalier. Une notification est affichée par l’application quand l’exposition est trop élevée et quand la dose quotidienne d’exposition est atteinte.

Notre avis :  June est un objet utile qui permet de répondre à une question de prévention sanitaire jusque-là restée sans réponse. En effet, qui ne s’est jamais retrouvé avec de douloureux coups de soleil,  en fin de journée à la plage ou au ski ? Nous apprécions également son aspect extérieur, car il s’agit d’un bijou de technologie, dans tous les sens du terme, qui saura séduire, surtout lorsque l’on est en villégiature.

 

Gazpar le compteur de gaz intelligent

Photo GrDF

Photo GrDF

Dans le même esprit que  Linky, le compteur électrique intelligent d’ErDF dont nous vous parlions il y a quelques semaines, voici Gazpar, son équivalent pour le gaz de ville.

Développé par GrDF, en collaboration avec la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), Gazpar équipera d’ici 2022 les 11 millions de clients utilisant le  gaz de ville, particuliers et professionnels.

Le déploiement débutera fin 2015, et concernera dans un premier temps, 150 000 compteurs répartis sur 24 communes dont Nanterre et Rueil Malmaison.

En test depuis plusieurs années, le déploiement généralisé a été acté en juillet 2013 par le gouvernement. Dans la foulée GrDF a lancé un appel d’offres qui a consacré, en février dernier, trois lauréats qui vont se partager la fabrication de  90% des 11 millions de compteurs : le groupement du français Sagemcom et du roumain AEM, l’américain Itron (qui a également été choisi par ErDF pour fabriquer Linky) ainsi qu’un consortium réunissant General Electric et l’allemand Sappel.

Gazpar va permettre de relever la consommation à distance et de facturer sur le réel consommé et non  sur la base d’une estimation comme cela se fait actuellement. De plus, il offrira la possibilité au client de mieux maîtriser sa consommation grâce à la mise à disposition d’informations précises sur celle-ci : données horaires de consommation.

Malgré son aspect extérieur, couleur et cadran,  aux allures vintage, Gazpar est un compteur connecté qui utilise  des ondes radio pour envoyer les relevés de consommation à des  concentrateurs qui les relaient ensuite, par Internet, au système d’information de GrDF. Plus de 15000 concentrateurs, sortes d’antenne radio, un peu comme celles de la téléphonie mobile, devraient être installés sur le territoire.

Gazpar aura, contrairement à Linky,  un coût direct pour le consommateur, soit 2 à 3 Euros / an, facturation jugée acceptable par la CRE au vu des économies que le consommateur pourra réaliser en adaptant sa consommation, suite à l’analyse des informations données par le compteur.

 Notre avis : une belle initiative et une pierre de plus à l’édification du Smart Grid sous l’impulsion de la communauté européenne (pour le détail du cadre réglementaire, lire  notre article sur Linky) . Nous regrettons, cependant,  que la consommation ne soit actualisée, sur le site internet de GrDF,  qu’une fois par jour car même si elle  est horodatée, il sera difficile pour le consommateur de savoir ce qui était allumé aux différents moments  de la journée. Nous espérons, également,  que des conseils pour adapter sa consommation et réaliser les économies qui vont compenser le surcoût seront dispensés par GrDF. Par ailleurs, il est   dommage qu’ErDF et GrDF n’aient pu s’accorder sur la  technologie de communication utilisée, courant porteur pour le premier, radio pour le second, afin de  remonter les informations jusqu’à leur système d’information respectif. Une démarche de standardisation des vecteurs et protocoles de communication  pour les compteurs (électricité, gaz et eau) en amont, pour récupérer les informations, mais aussi en aval, pour les restituer au consommateur via une application unique, aurait été la bienvenue. Enfin, d’un point de vue industriel, l’état impose uniquement que l’assemblage des compteurs soit réalisé en France, ce qui est  dommage car compte tenu des quantités à produire (11 millions de compteurs pour GrDF et 35 millions pour ErDF) cela aurait pu être, pour le pays,  une belle occasion de ré-industrialisation.

Les Box domotiques de SOMFY

Photo SLV

Photo SLV

Le groupe industriel français Somfy ( Société d’Outillage et Mécanique du Faucigny) est un  des pionniers et leaders mondiaux de la domotique, il est donc naturel qu’il soit l’un des premiers à proposer une box domotique. Cette dernière, baptisée SomfyBox, agit comme un nœud de raccordement des différents  périphériques  domotiques à une  télécommande unique.  L’objectif de Somfy est de toucher un large public en proposant des fonctions classiques et faciles à programmer et une gamme de périphériques simples à installer.

La SomfyBox, au design sobre mais moderne et compact (145 x 145 x 50 mm)  se  connecte à votre box internet  par Ethernet  et ensuite, après avoir créé un compte utilisateur,  se configure  via votre ordinateur.  Elle s’interface avec des périphériques de motorisation, chauffage, éclairage ou encore de sécurité à l’aide du protocole  sans fil RTS (Radio Technology Somfy). L’inconvénient du RTS, hormis le fait qu’il soit un protocole  fermé, présent uniquement dans les périphériques Somfy,  est qu’il est unidirectionnel, c’est-à-dire, qu’il permet de donner un ordre (« Fermer le portail ») mais qu’il n’y a pas moyen de savoir s’il a été exécuté correctement ni de connaître le statut du périphérique (« Le portail est fermé »).

BANDEAU-HAUT-domotique8

C’est pourquoi, Somfy a développé la TaHoma, une nouvelle box domotique fonctionnant avec les produits sous le protocole io-homecontrol tout en restant compatible avec les produits en RTS. Le protocole io-homecontrol présente plusieurs avantages : tout d’abord, celui  de pouvoir envoyer et surtout recevoir des informations et par conséquent  de connaître l’état des périphériques et d’enrichir l’installation avec différents capteurs (ensoleillement, détecteur de mouvement, fumée, …). Ensuite, celui d’offrir une plus grande précision de pilotage (par exemple : ouverture du volet à 30%)  et enfin  celui d’avoir été adopté par de nombreuses entreprises spécialisées dans l’équipement pour le bâtiment telles que Velux (fenêtre de toit), KFV (serrure) ou encore CIAT et Honeywell (thermostat). La TaHoma est ainsi compatible avec plus d’une centaine de périphériques.

La configuration et l’utilisation sont vraiment très simples, visuelles et intuitives. Ces Box permettent, depuis un ordinateur, une tablette  ou un smartphone (iOS et Android), localement ou à distance,  puisque toutes les informations sont sur un Cloud, de :

    •  Piloter tous les équipements de la maison et de les visualiser, regroupés par type, par pièce ou par étage,
    • Créer des scénarios, avec commande simultanée de plusieurs périphériques,  se déclenchant  manuellement  ou automatiquement quand un certain nombre de conditions définies par l’utilisateur sont réunies  comme par exemple  »ouvrir tous les stores » et « éteindre l’éclairage extérieur au levé du jour » ou encore « baisser tous les  stores » et « activer le système d’alarme lorsque l’on s’absente »
    • Recevoir des alertes emails ou SMS lors de l’ouverture d’une porte, la détection d’un mouvement ou d’une fumée.

    Une box peut interagir avec 100 périphériques io-homecontrol,  50 RTS et 20 capteurs. Il est également possible de programmer jusqu’à 40 scénarios et les assigner à différents jours de la semaine et  heures de la journée.

    MaisonHomeAutomationSomfy2

    Image Somfy

    Le prix de base de la SomfyBox est 449 €  auquel il faudra ajouter 169 €  si vous  souhaitez la rendre compatible  avec des équipements io-homecontrol. Quant à la TaHoma, cela se complique un peu : son prix de base est 295 € ensuite,  on opte soit pour la formule abonnement de 5,90 € / mois qui inclut les mises à jour logicielle évolutive et corrective ainsi qu’une garantie valable tant que l’abonnement n’est pas résilié, soit pour la formule sans abonnement qui, sous réserve de payer 268 € supplémentaires  lors de l’activation de la box,  inclut 2 ans de garantie et uniquement la maintenance logicielle corrective (les nouvelles fonctionnalités seront payantes). L’envoi de SMS est également payant (un peu moins de 20 €  pour 100 SMS)

    Quant aux équipements périphériques, leurs prix  s’échelonnent de 30€ pour une prise connectée à 1500€ pour un système d’alarme pour pavillon. Evidemment, une fois l’achat de la box réalisé, les autres équipements périphériques peuvent être acquis progressivement.

    Notre avis : Somfy a plutôt bien réussi son offre de box pour le grand public. De plus, avec l’adoption d’un protocole de communication M2M (Machine 2 Machine) commun, un pas de géant a été fait dans l’interopérabilité entre équipements  et l’ouverture des systèmes domotiques jusque-là très fermés, deux facteurs qui ne peuvent que servir l’utilisateur final en termes d’offre et de prix.

    Malgré l’absence de certaines fonctionnalités telles que la mesure de la consommation électrique, une station météo ou encore des capteurs d’humidité pour les plantes, la solution Somfy  est  une des plus complètes et abouties du marché en matière de domotique, ce qui explique peut être son coût élevé, car elle permet de piloter, qui plus est  de manière centralisée, presque tout ce qui peut l’être dans une maison, du chauffage (avec chaudière ou électrique) au système d’alarme en passant par les différents éléments motorisés (portail, porte et stores)  ainsi que l’éclairage.  Elle mérite donc, pleinement, d’être qualifiée de  solution Smart Home (Maison Intelligente).

    A lire très prochainement sur ce blog, sur le même sujet, la EasyBox Evology de Leroy Merlin.

    Vidéo de démonstration pour illustrer la domotique Somfy dédiée à la sécurité des biens et des personnes :

    Vidéo 3 minutes pour comprendre la domotique Somfy :

    Les vidéos proviennent du site Somfy.