Archives pour la catégorie A porter

Nike Hyperdunk+, les chaussures connectées pour Basketteurs

Photo Nike

Photo Nike

L’équipementier sportif américain Nike offre la possibilité de suivre son activité sportive, en particulier le basketball, via  …  des chaussures. Baptisées Hyperdunk+, ces chaussures, grâce à des capteurs, vous permettent d’enregistrer tous vos mouvements, de distinguer les envols des pas et d’analyser vos performances au cours d’un match, vous donnant ainsi la possibilité d’améliorer votre jeu.

Ces capteurs, intégrés dans un petit module amovible qui s’insère dans la semelle intérieure et qui se recharge via un adaptateur USB, sont couplés à l’application mobile Nike+ Basketball et enregistrent toutes les informations (détente, rapidité et intensité) sur vos appareils Apple via une connexion Bluetooth.

 La détente : vous pouvez examiner chaque saut et observer votre temps de suspension.

La rapidité : vous pouvez analyser la vitesse de vos déplacements sur le parquet.

L’intensité : vous pouvez analyser le niveau de l’intensité avec laquelle vous avez joué grâce à l’affichage de votre score NikeFuel sous forme de graphique.

Vous pouvez, alors, analyser toutes ces données, accéder à des statistiques (par exemple, nombre de sauts, hauteur du meilleur saut,…) et décider de mettre en place un entraînement sur mesure pour vous améliorer, sans oublier de comparer vos performances à celles de vos amis.

L’application Nike+ Basketball vous permet non seulement de suivre votre jeu mais aussi d’obtenir des commentaires et des conseils en temps réel.

A noter que le basketball est un sport décidemment très connecté : nous vous en parlions il y a quelques semaines, lisez notre article sur le 94Fifty, le ballon de basket connecté.

Le June vous réconcilie avec le soleil

Photo Netatmo

Photo Netatmo

Dévoilé en janvier dernier, à l’occasion du CES de Las Vegas, au cours duquel il a remporté deux prix  dans les catégories  “Wearable Technologies”  (ou technologies à porter sur soi)  et  “Tech for a Better World”  (technologies pour un monde meilleur), le bracelet June de Netatmo est commercialisé depuis quelques semaines, à  point nommé pour la période estivale.

La société française Netatmo qui s’est spécialisée dans les objets connectés dédiés aux conditions atmosphériques, météo, qualité de l’air, pluviométrie, enrichit donc sa gamme avec June, son premier objet à porter sur soi, mesurant l’exposition aux UV.

Le soleil émet une lumière invisible dite ultraviolet (UV). Une grande partie des UV est absorbée par la couche d’ozone. Saviez vous que l’exposition au soleil est essentielle pour le corps humain car elle  synthétise, via les UV,  la vitamine D qui sert, entre autres, à fixer le calcium sur les os . Cependant, elle peut aussi s’avérer dangereuse, car  bien sûr, il y a le fameux coup de soleil,  le vieillissement prématuré de la peau mais plus grave un risque de cancer de la peau.

L’exposition au soleil doit donc être maîtrisée, insuffisante elle engendre une carence, alors que trop longue elle peut être dangereuse. Netatmo, avec June, essaie de répondre à cette préoccupation.

Le June, dont le design a été réalisé par une célèbre designer de bijoux,  a la forme d’un diamant de 3cm x 1 cm environ, sculpté en facettes et se décline en trois couleurs. Il se porte sur soi, en broche ou sur un bracelet. Il mesure,  en temps réel, l’indice d’exposition aux UV et le communique, via Bluetooth, à une application mobile disponible uniquement sur les appareils Apple. Il se recharge via un connecteur micro USB. A noter qu’il n’est pas étanche.

L’indice d’exposition est une échelle standardisée de 1 à 11, découpée en 5 niveaux : faible, moyen, élevé, très élevé, extrême. On indique d’abord la couleur et le type de peau puis en fonction de la valeur de l’indice mesuré,  June fournit un conseil de protection adapté : porter des lunettes de soleil, appliquer un écran solaire avec l’indice recommandé, se couvrir d’un vêtement ou encore se mettre à l’ombre.

June fournit également un bilan  quotidien de l’exposition au soleil : durée d’exposition ou non exposition avec, le cas échéant l’indice et le pourcentage par rapport au besoin journalier. Une notification est affichée par l’application quand l’exposition est trop élevée et quand la dose quotidienne d’exposition est atteinte.

Notre avis :  June est un objet utile qui permet de répondre à une question de prévention sanitaire jusque-là restée sans réponse. En effet, qui ne s’est jamais retrouvé avec de douloureux coups de soleil,  en fin de journée à la plage ou au ski ? Nous apprécions également son aspect extérieur, car il s’agit d’un bijou de technologie, dans tous les sens du terme, qui saura séduire, surtout lorsque l’on est en villégiature.

 

BarcodEye, la gestion des codes barres en un coup d’oeil – Salon Wearable Londres 2014 (5/5)

Image Metropolice

Image Metropolice

BarcodEye est un système  innovant, permettant une interaction entre  des codes barres, une base de données  et un  dispositif de réalité augmentée, mis au point par la société japonaise Metropolice. Ce système  devrait faciliter la vie à toutes les administrations et entreprises qui constituent ou gèrent des archives ou stocks et qui ont besoin d’avoir une interaction avec une base de données.

Le dispositif de réalité augmentée se présente sous la forme d’une monture de lunettes. A l’extrémité de l’une de ses branches, légèrement en avant par rapport aux yeux,  se trouvent un lecteur optique ainsi qu’un écran miniature. Le lecteur optique, capable de lire différents types de codes barres (Code 39, Code 93, Code 128,  QRCode, …), possède un champ de vision correspondant à celui des yeux du porteur. Le code barre ainsi lu permet d’interroger une base de données qui, en retour, fournit les informations, qui auront été préalablement associées à ce code barre, sur l’écran miniature .

Le BarcodeEye pourrait être utilisée dans les secteurs où il y a une forte demande de gestion de documents (archivage, ordonnancement,…), la santé pour identifier des combinaisons multiples tout en limitant le risque d’erreur (personnel soignant-malade-prescription-médicament) ainsi que sur les plateformes logistiques (remplacer le lecteur manuel par un dispositif main libre).

Image Metropolice

Image Metropolice

 On peut ainsi imaginer passer devant des boites d’archives et avoir, pour chaque code barre, la visualisation, sur l’écran miniature, de la référence du document et du contenu de celui-ci. Le gain de temps pour trouver un document du premier coup d’œil devient, alors, significatif.

Image Metropolice

Image Metropolice

Dans le domaine médical, l’appareil de réalité augmentée permettrait de lire des codes barres imprimés sur un tableau ou sur le bracelet médical d’un patient, assurant au personnel  soignant, sur un simple coup d’œil,  un accès immédiat à l’ensemble des enregistrements concernant le patient (historique des constantes, historique des prescriptions, médicaments à donner, antécédents médicaux, allergies). Cela permettrait une simplification des tâches administratives et surtout une amélioration du processus de sécurisation afin de limiter les erreurs de prescription.

Dans le domaine de la logistique, le dispositif peut être utilisé pour gérer les commandes et réaliser des contrôles sur les stocks. Le dispositif de réalité augmentée affiche rapidement les données liées aux codes-barres imprimés sur les rayonnages et sur les colis. D’où un gain de temps et une sécurisation du processus logistique. Sans dire qu’un tel dispositif va révolutionner la vie des centaines de petites mains qui se déplacent entre les rayonnages des entrepôts des acteurs de la distribution ou de la vente par Internet, il pourrait contribuer à apporter un peu de confort de travail et d’ergonomie tout en améliorant la productivité.

Ce dispositif ne correspond pas à proprement parlé à des lunettes connectées mais plutôt à un lecteur optique main libre, qui suit le champ de vision, avec retour instantané d’information.  A l’heure actuelle, il n’existe que sous forme de prototype, mais nul doute qu’il se concrétisera, dans un futur proche, vu ses avantages  pour les professionnels devant manipuler documents, stocks et archives.