Archives pour la catégorie Ville intelligente

Une gestion intelligente de la collecte des déchets

Photo engels

Photo engels

Les collecteurs de déchets, en général recyclables,  font partie du paysage urbain depuis  de nombreuses années. Encombrants et disgracieux, ils sont aussi souvent  source de malpropreté.

Depuis quelques années, la tendance est à l’enfouissement de ces collecteurs, seule  la  bouche de collecte  dépassant de  la surface du sol. Ce système a été développé pour les zones urbaines denses où l’espace public est rare et  les centres historiques  afin d’en préserver l’esthétique. Il a également été étendu à la collecte des déchets domestiques, avec tri sélectif, quand ces derniers ne peuvent l’être  simplement (voirie non praticable ou trop étroite pour les véhicules de collecte)  ou pour des raisons d’hygiène (absence de bacs de collecte, régions où les fortes chaleurs excluent de maintenir ces déchets en surface).

Au delà des aspects esthétique, propreté et gain de place, la gestion des déchets collectifs se doit également et en premier lieu d’être écologique. Un axe d’amélioration est de mettre en place une collecte intelligente :

Les collecteurs sont équipés de capteurs signalant leur taux de remplissage (quantité et poids des déchets). Lorsqu’ils dépassent un certain seuil, ils envoient au centre de collecte une information, accompagnée de leurs coordonnées, permettant ainsi de déclencher l’envoi d’un camion de collecte.

Ce système permet de remplacer une collecte périodique aux résultats aléatoires (trop tard, le collecteur déborde, trop tôt, le collecteur n’est pas assez plein engendrant un faible rendement du camion de collecte) par une collecte à la demande.

Ce type de collecte, grâce au fait que le camion de collecte sorte moins souvent et moins longtemps,  présente les avantages suivants :

  •  Gain de temps, planification de l’itinéraire optimal de ramassage par les camions de collecte,
  • Economie pour la collectivité locale : la facture énergétique est moins importante, ainsi que la redevance à la société de collecte. La facture d’entretien et remplacement des bacs individuels est également réduite,
  • Moins de pollution, en émission de CO2, par  le camion de collecte car il roule moins, mais aussi par les autres véhicules grâce à la fluidification de la circulation (qui ne s’est pas retrouvé un jour dans sa voiture, à suivre au pas un camion de collecte effectuant sa tournée ?),
  • Propreté aux abords du collecteur, ce dernier ne présentant pas de risque de renversement et étant vidé avant saturation.

Pacific LED Green Parking : l’éclairage intelligent pour parking couvert

Photo Philips

Photo Philips

La densification du paysage urbain et la multiplication des véhicules particuliers impliquent que les places de stationnement soient regroupées verticalement dans des parkings couverts, publics ou privés (immeubles d’habitation) souvent souterrains.

Le service fondamental qu’un parking doit fournir à ses usagers, en dehors de la mise à disposition de places et voies de circulation praticables, de l’accessibilité et de la propreté, est de garantir la sécurité des biens et des personnes. Cette sécurité passe, bien sûr, par la mise en place d’un accès contrôlé et d’un système de vidéosurveillance mais surtout par un système d’éclairage performant et rassurant.

Bien qu’un parking couvert soit accessible et utilisé 24h/24 et 7j/7, son taux de fréquentation varie selon les heures de la journée, les jours et les périodes de l’année alors que l’éclairage fonctionne en permanence au maximum de sa puissance.

Image Philips

Image Philips

Sur la base de ce constat, Philips a imaginé et propose une solution intelligente de gestion de l’éclairage d’un parking couvert, baptisée Pacific Led Green Parking. Hormis le fait d’utiliser une lumière à technologie LED connue pour son efficacité énergétique, sa brillance et sa durée de vie, cette solution utilise des détecteurs de mouvements pour réduire progressivement, en période d’inactivité, l’éclairage à 20% et dès qu’un mouvement de véhicule ou de piéton est détecté, le faire repasser  instantanément à 100% dans une zone environnante, prédéfinie à l’installation du système.

Malgré un investissement initial plus important que pour les solutions traditionnelles, Pacific Led s’avère rapidement très avantageux grâce à de faibles coûts de maintenance et aux économies d’énergie réalisées permettant une réduction des dépenses de près de 80%.

 

Eclairage public : la solution 2 en 1 de Philips / Ericsson

Image Philips

Image Philips

Zero Site est un  lampadaire de voirie, fruit d’une collaboration entre le géant néerlandais de l’éclairage public Philips et  l’équipementier télécom suédois Ericsson.  Ce lampadaire est né des constats suivants :

1. Le trafic de données internet mobile sera multiplié par dix d’ici 2020 du fait de la densification de la population en milieu urbain et de l’accroissement du nombre  d’équipements communicants, notamment ceux que l’on appelle objets connectés (Internet of Things ou IoT). Dans un futur, plus très lointain, voitures, places de parking, mobilier urbain (abri bus, collecteur de déchets collectifs ou encore système d’arrosage des jardins publics) communiqueront entre eux et/ou avec les services ad hoc de la collectivité locale. Cette augmentation de trafic va impliquer de tripler le nombre d’émetteurs / récepteurs de téléphonie / internet mobile afin de garantir  la qualité de service. D’ailleurs, une étude menée par Ericsson indique que l’accès à une connexion internet de qualité est considéré par la population urbaine comme  un des 5 principaux critères qui permettent d’évaluer le niveau de satisfaction de la vie en milieu urbain,

2. D’après une étude menée par le Climate Group dans 12 des plus grandes villes du monde, l’éclairage public à base de technologie LED, en produisant une lumière blanche et lumineuse, augmente la visibilité  et renforce, ainsi,  le sentiment de sécurité, comparé à la lumière  orange produite par les lampadaires classiques à base de sodium sous  pression. De plus, la technologie LED est durable car moins gourmande en énergie de 50 à 70% par rapport à l’éclairage actuel et possède une durée de vie plus grande.

 Le lampadaire Zero Site répond donc à ces deux problématiques : offrir une connectivité internet de qualité avec une couverture accrue ainsi qu’un éclairage public de qualité et durable.

smart_city_light_2Le lampadaire, d’apparence tout à fait classique, n’occupe pas de place supplémentaire au sol et peut s’installer en lieu et place d’un ancien modèle. Il renferme dans sa partie supérieure, au diamètre plus large que celui de son  mat, tout l’équipement nécessaire pour communiquer avec des appareils mobiles, dont les antennes, avec l’avantage, en les masquant, de ne pas défigurer un peu plus le paysage urbain.

Le mobilier urbain étant la propriété de la collectivité locale, elle pourra louer ces moyens de communication à un  ou plusieurs opérateurs mobiles générant ainsi une source de revenus non négligeable tout en absorbant l’investissement initial nécessaire à  l’acquisition et  à l’installation, sans oublier l’économie d’énergie induite par la technologie LED.

En résumé, ce lampadaire est triplement au service du citoyen : qualité de communication,  confort et sécurité et  source de revenus, pour la collectivité, autre que les impôts locaux.

D’autres initiatives sont en cours pour rendre les lampadaires plus intelligents, en particulier, sur les aspects d’allumage / extinction de la lumière :

  • Utilisation de capteurs de  luminosité : a l’instar des lampes solaires, la lumière s’allume si la luminosité est faible et s’éteint lorsqu’elle est élevée. Le système actuel ayant pour base une horloge astronomique contrôle la lumière de manière théorique en fonction de la saison et de la longitude / latitude de la ville,
  • Utilisation de la détection de mouvements : la lumière s’allume  dès qu’un mouvement est détecté à plusieurs mètres de distance du lampadaire puis s’éteint automatiquement au bout d’un certain temps  permettant ainsi de réaliser des économies tout en garantissant la sécurité,
  • Intégration de la vidéo surveillance afin de réguler le trafic routier et de garantir la sécurité des biens et des personnes.

Notons également  que d’autres solutions existent pour la connectivité urbaine. Nous citerons la solution Cisco, déployée dans les villes de Barcelone et Nice, qui consiste à fixer sur les lampadaires des relais Wifi et la solution de la startup française SigFox, qui vient de faire parler d’elle  en levant 15M€  et en nommant à sa tête Anne Lauvergeon (ex PDG d’Areva), qui consiste à déployer un nouveau réseau de télécommunications entièrement dédié aux  objets connectés mais qui présente le double inconvénient de ne pas être accessible au grand public et de devoir installer des antennes radio supplémentaires.

Pour en savoir plus :

- sur les voitures connectées, allez dans la rubrique « Voiture ». Nous vous conseillons en particulier notre article sur le système CarPlay.

- sur la rue communicante, allez dans la rubrique « Ville ». Nous vous conseillons la vidéo (en anglais) de Cisco sur la ville de Barcelone